De l'eau pour Dire Dawa PDF Imprimer Envoyer

 Construction et forage d’un puits d’alimentation d’eau potable à Dire Dawa (Ethiopie)

1. CONTEXTE GENERAL

 1.1. Contexte géographique, économique, politique et social

 Ø  L’Ethiopie 

L’Éthiopie (officiellement la République fédérale démocratique d’Éthiopie) est située dans la Corne de l'Afrique, sans accès à la mer suite à l’indépendance de l’Érythrée en 1993. Le pays partage des frontières communes avec l’Érythrée au Nord, le Soudan à l’Ouest, le Kenya au sud, Djibouti au Nord-Est et la Somalie à l’Est.

 L’Ethiopie est essentiellement constituée de hauts plateaux, s'étendant de la dépression de Danakil à -120 m jusqu'aux sommets enneigés du mont Ras Dashan à 4 543 m. Donc elle possède un environnement très diversifié traversé par six zones climatiques. La capitale Addis Abeba, située à 2 400 m d'altitude, est la quatrième capitale la plus élevée au monde.

 La civilisation éthiopienne est l'une des plus anciennes civilisations africaines avec la civilisation égyptienne et avec la découverte de Lucy elle est considérée comme le berceau de l'humanité. L’Ethiopie est aussi, après l'Arménie, la deuxième plus ancienne nation chrétienne au monde et un pays ayant accueilli les premiers musulmans persécutés en Arabie.

 Sur le plan international, l’Éthiopie était membre de la Société des Nations en 1923, signataire de la Déclaration des Nations unies dès 1942 et un des 51 États membres fondateurs de l’ONU. Addis-Abeba se trouve aujourd’hui le siège de l’Union Africaine, le siège de la Commission économique pour l'Afrique (CEA), ainsi qu le siège régional de l’Organisation international du travail (OIT) pour Afrique.

 Avec ses 80 millions d’habitants, l’Ethiopie, l’un des pays les plus pauvres d’Afrique, est dans les 2ème rang derrière Egypte en termes de démographie et le premier si l’on considère la fraction de la population vivant en milieu rural (84%). Donc l’agriculture a l’importance fondamentale dans l’économie du pays. Les produits principaux de l’agriculture sont la céréale le teff, qui sert à la fabrication de l’injera[1], l’Enset et le café.

 En matière d’accès à l’eau potable, la couverture en milieu rural ne dépasse pas 20 % dans le meilleur des cas et l’accès sanitaire 15%. Dans une étude sur le secteur de l’eau en Ethiopie publiée en mars 2005 par Water Aid était indiquée que plus de 30% des ouvrages réalisés n’étaient pas fonctionnels à l’époque.

 

Ø  La région et la ville de Dire Dawa

 La Constitution de 1994 a mis en place un système fédéral reposant sur neuf régions créées sur des critères liés au peuple et à la langue[2] et deux villes-régions (Addis-Abeba et Dire Dawa). Chaque région est subdivisée en cantons (woreda) et municipalités (kébélé). Elles disposent de leur propre gouvernement et d'un droit constitutionnel à l'autodétermination et à la sécession.

 La région de Dire Dawa[3] se situe à proximité de port de Djibouti avec la construction du chemin de fer franco-éthiopien qui relie le port de Djibouti à Addis-Abeba. La région est divisée en deux woreda : la ville de Dire Dawa et le woreda non urbain de Gurgura.

 La ville de Dire Dawa, qui est la deuxième plus importante ville d’Ethiopie, est la capitale régionale administrative. Elle se situe à 500 km d’Addis Abeba, sur une ligne de chemin de fer reliant la capitale au port de Djibouti. Il s’agit d’une des villes Ethiopienne les plus développée grâce à une économie florissante. Sa proximité avec le port de Djibouti ainsi que la facilité des moyens de communication en font un pôle incontournable pour les investisseurs.

 La ville dispose de plusieurs commerces. La ville a son aéroport de Aba Tenna Dejazmach Yilma International Airport et a à proximité (de 40 km) l’Université de Haramaya.

 L’altitude moyenne de Dire Dawa culmine à 1160 mètres avec des amplitudes de températures allant de 15°C à 37°c et le taux de précipitations avoisine les 600mm/an

 L’autorité centrale des statistiques (Central Statistical Agency of Ethiopia - CSA) en 2007 a recensé une population globale de Dire Dawa de 342 827 habitants, dont 68% soit 232 854 âmes vivent intra-muros. Pour 75,693 des ménages à Dire Dawa il y avait une moyenne de 4.5 personnes par ménage[4].

 Cependant, grâce à une rapide expansion, la ville de Dire Dawa devrait atteindre un seuil démographique de 330000 habitants en 2010. (D’après les études prévisionnelles de 2004). Le département des eaux et canalisations aura donc la charge de pourvoir à l’alimentation de la ville à un débit de 438 litres/sec ou 37,818 m3 par jour à compter de 2010.

 

1.2. La population de Dire Dawa

 La ville-région de Dire Dawa a une population de 342 827 habitants dont 68% vivent en zone urbaine.  En effet la ville-région de dire Dawa comprend les 2 villes (woredas) de Dire Dawa et Gurgura et 25 villages (kebelés).

La densité est de 328 hab/ km2. La population est multi-ethnique, avec 40% de Amhara, 34 %de Oromo et une minorités de Somali et Harari. De même, il y a autant de chrétiens que de musulmans.

La ville comprend 75000 ménages de 4.5 personnes en moyenne. Une majorité de la population adulte est employée par le service public, avec 11% de chômage, et une faible proportion de travailleurs journaliers précaires, ou d’ouvriers dans les usines de la ville. Le salaire dans le service public étant souvent trop faible, les employés ont également des activités secondaires, tels des petits commerces. La population croît en moyenne de 4% par an, principalement vers l’Ouest, car la ville est surplombée à l’Est par des montagnes. Les revenus des foyers sont faibles : 83% des familles ont un revenu mensuel inférieur à 50 €.

Il est à noter que 71% des enfants sont scolarisés en cycle primaire et seulement 19.5% en cycle secondaire.

La ville de Dire Dawa possède un hôpital public et quelques cliniques privées. La rareté de l’eau et au manque d’hygiène entraîne un fort taux de morbidité et de mortalité. Les maladies les plus courantes sont les amibes, les conjonctivites, la gale, les typhoïdes et les parasites.

L’approvisionnement en eau des habitants se fait par 69 fontaines publiques, et 7000 branchements d’eau dans les habitations. En moyenne un habitant consomme 40 l / jour. Statistiquement, 22% des habitants s’approvisionnent aux fontaines publiques, 55% ont l’eau courante à domicile, et 23% s’approvisionnent chez leurs voisins.

 

2. LE PROJET

 

2.1. Les buts et les objectifs du projet

 

L’objectif général de long terme du Projet est de contribuer au développement économique et social de la ville.

 

La mise en conformité de l’approvisionnement en eau de Dire Dawa est un projet à long terme pour la collectivité, nécessitant plusieurs étapes et diverses sources de financement. Depuis l’étude de faisabilité de 2004, la collectivité n’a pas pu initier le processus par manque de moyens. En revanche, elle a pu finaliser les études hydrogéologiques permettant de source sure de définir techniquement l’emplacement et la profondeur des futurs forages. Elle a également calculé un rendement de réseau, qui est de 72%, et défini clairement les besoins de la population, des industries et de l’agriculture. De plus, les analyses d’eau provenant de la zone de forage du Sabian montrent sa potabilité, même s’il reste un problème de dureté résiduelle engendrant des entartrements des réseaux municipaux et chez les particuliers.

 

L’ensemble du projet à très long terme se décompose ainsi :

-          création d’un forage supplémentaire dans la zone des puits de Sabian pour augmenter la capacité de production de 30 l/s

-          travaux sur les réseaux pour augmenter le rendement de réseau

-          rénovation des 8 forages existants et pérennisation de leur entretien

-          construction de nouveaux réservoirs pour augmenter la capacité de stockage

-          construction de nouveaux forages dissociés de la zone du Sabian et plus proches de la nouvelle banlieue de Dire Dawa

-          remplacement des pompes usagées des différentes stations de pompage

-          création d’une unité de traitement de la dureté (projet pris en charge par le Ministère).

 

Comme on le voit, le forage supplémentaire est une première étape nécessaire dans un processus à long terme pour la collectivité.

 

Les objectifs à court terme se présentent de manière suivante :

 

a) fournir l’eau potable à la ville de Dire Dawa ;

b) augmenter la fourniture en eau actuelle jusqu’à 30 litres par seconde, l’équivalent de la consommation de 64800 habitants.

 

L’intervention s’articule donc autour des deux axes complémentaires suivants :

 

  • La construction d’un forage d’une profondeur de 260 jusqu'à la distribution
  • L’étude et l’analyse finale qui pourront servir aux autres phases du projet global.


[1] Une crêpe acide, fermentée et levée, aplatie et ronde, qui constitue le pain érythréen et éthiopien

[2] Les régions : Tigré, Afar, Amhara, Oromia, Somali (connue aussi sous le nom de l'Ogaden, région qui fut le centre de guerres entre la Somalie et l'Éthiopie), Gambela, Harar, Région des nations, nationalités et peuples du Sud, Benishangul-Gumaz

[3] Dire Dawa a été constitué comme une ville-région séparée seulement en 1998, suite aux violences continues à partir des années 1991 entre deux groupes ethniques de Front de Libération de Issa et Gurgura et Front de Libération d’Oromo. Avant 1998, Dire Dawa appartenait pour la région d’Oromia.

[4] “Census 2007”, Central Statistical Agency of Ethiopia, http://www.csa.gov.et/pdf/Cen2007_firstdraft.pdf